BIENVENUE SUR LE CATALOGUE DU CENTRE DE DOCUMENTATION A.-G. HAUDRICOURT
Cover image
Normal view MARC view ISBD view

El complementante « la » en ixcateco: marcador de cláusula relativa, completive y adverbial

de Adamou, Evangelia (aut.) ; Costaouec, Denis (aut.)
Périodique: : Amérindia 2013 n°37 (1) : Langues du Mexique, p.193-210 -- [Autres dépouillements]ISSN: 0221-8852.Contenu: L’ixcatèque (famille otomangue, groupe popolocan) est parlé dans la commune de Santa Maria Ixcatlan an nord-est de la Mixteca Alta, dans l’Etat de Oaxaca. C'est une des langues indigènes mexicaines en plus grand risque d’extinction, puisqu'elle compte actuellement moins de dix locuteurs, tous – à une exception - du troisième âge. Après une brève présentation de la langue, nous illustrons les différents usages du complémenteur « la » et leur fréquence d'utilisation dans le corpus contemporain des auteurs et celui des années '50 (Fernandez de Miranda 1961). « La » fonctionne comme marqueur de propositions relative, complétive et adverbiale. En outre, il fonctionne comme adverbe locatif. Nous proposons une analyse unifiée de ces emplois similaires ceux de « que » en espagnol (Demonic & Fernandez-Soriano 2009) ou de « pu » (« que », « où ») en grec modem (Roussou & Roberts 2001). Cette première description du complémenteur ixcatèque apporte quelques nouvelles données pour la discussion des caractéristiques des complémenteurs dans les langues du monde, notamment à travers les emplois sans proposition matrice. Enfin, à la lumière de la typologie linguistique, nous proposons quelques éléments d'analyse des morphèmes polyfonctionnels similaires dans d'autres langues popolocanes. (Source : ouvrage)Thématique: Morphologie | Syntaxe | Linguistique, languesThématique spécifique: Epigraphie | Acquisition des langues Géographique: Mexique Type de document: Article de périodiqueLangue du document: espagnolPays d'édition: France Ressource en-ligne: Accès public
Location Call number Status Notes Date due
Sedyl
Not for loan Document électronique
Sedyl
P6 ERE / P818 / CELIA-7268-2 (Browse shelf) Not for loan

Bibliogr.

L’ixcatèque (famille otomangue, groupe popolocan) est parlé dans la commune de Santa Maria Ixcatlan an nord-est de la Mixteca Alta, dans l’Etat de Oaxaca. C'est une des langues indigènes mexicaines en plus grand risque d’extinction, puisqu'elle compte actuellement moins de dix locuteurs, tous – à une exception - du troisième âge. Après une brève présentation de la langue, nous illustrons les différents usages du complémenteur « la » et leur fréquence d'utilisation dans le corpus contemporain des auteurs et celui des années '50 (Fernandez de Miranda 1961). « La » fonctionne comme marqueur de propositions relative, complétive et adverbiale. En outre, il fonctionne comme adverbe locatif. Nous proposons une analyse unifiée de ces emplois similaires ceux de « que » en espagnol (Demonic & Fernandez-Soriano 2009) ou de « pu » (« que », « où ») en grec modem (Roussou & Roberts 2001). Cette première description du complémenteur ixcatèque apporte quelques nouvelles données pour la discussion des caractéristiques des complémenteurs dans les langues du monde, notamment à travers les emplois sans proposition matrice. Enfin, à la lumière de la typologie linguistique, nous proposons quelques éléments d'analyse des morphèmes polyfonctionnels similaires dans d'autres langues popolocanes. (Source : ouvrage)

There are no comments for this item.

Log in to your account to post a comment.
Conditions d'accès :
Le centre de Documentation est ouvert à tous publics. Lecteurs extérieurs : merci de prévenir de votre visite. Prêt (avec un garant) : 10 documents / 1 mois.

Horaires d'ouverture :
Tous les jours selon les disponibilités de l'équipe
Horaires indicatifs : 9h30 - 12h00 et 13h - 16h30
Adresse :
Centre de Documentation A.G. Haudricourt
CNRS - ARDIS, ex UPS 2259
Bât. D – RDC
7 rue Guy Moquet
94800 Villejuif
Site web / Twitter

Contacts :
Documentation.haudricourt [at] vjf.cnrs.fr
01 49 58 37 20